Les cartes virtuelles gratuites : les raisons du succès

Raconter l’histoire des premiers services de cartes virtuelles gratuites - Dromacartes et Cybercartes - demande de revenir sur l’histoire d’une époque, celle de la démocratisation d’internet en France.

Vers l’an 2000, les premiers pas sur internet…

Avec les débuts de l’internet, les ordinateurs trouvent enfin une utilité dans les foyers, surtout à partir de 2004 et du déploiement généralisé du haut débit. Les PC ne servent plus seulement à jouer ou faire de la comptabilité.

L’on peut surfer sur le net, pour reprendre une expression de l’époque, et surtout accéder à de nombreux services.

C’est le début d’un moment particulier de l’internet :

  • sans réseaux sociaux, mais avec de nombreux forums et des logiciels de discussion en ligne (MSN, IRC…).
  • sans blogs, mais avec des sites persos 100% HTML sur Free ou Multimania.
  • où les sites pros ne se souciaient pas de leur positionnement sur Google et où les sites e-commerce n’avaient pas encore pignon sur rue…

Ce que je vous décris peut vous apparaître comme un web sans grande distraction, mais c’est un web qui foisonnait de créativité, avec beaucoup de sites animés, d’expérimentations et des jeux flash créés par des passionnés.

La carte virtuelle, la rencontre de l’email, du gratuit et du fun

Cette époque a également vu émerger la mode des chaînes de mails. Avant les réseaux sociaux, les internautes se partageaient des “histoires drôles” et “images marrantes” par emails en mettant tous leurs contacts en copie.

Cette utilisation exagérée de l’email nous amène directement au sujet des cartes virtuelles.

En France, deux sites ont démocratisé cette technologie en la rendant facile d’utilisation et surtout gratuite : Dromadaire.com et Cybercartes.com. Ces deux services mis en ligne à la toute fin des années 1990 ont connu leurs grandes heures entre 2004 et 2010 avant de céder le pas face à l’utilisation massive de Facebook.

La gratuité, seule raison du succès ?

La popularité des cartes virtuelles ne vient pas seulement de leur gratuité. C’est un facteur important, bien entendu, mais cela ne suffit pas à expliquer l’effet de mode.

La carte virtuelle gratuite, c’est surtout la rencontre  :

  • des premiers internautes qui cherchent à s’approprier une nouvelle technologie,
  • et de la démocratisation de l’email, plus rapide qu’une carte postale.

En quelques clics, un néophyte pouvait envoyer une carte personnalisée et animée ! Et les cartes virtuelles ne se limitaient pas aux vœux du nouvel an. Toutes les occasions étaient bonnes pour envoyer une carte virtuelle Dromacarte ou Cybercarte :

  • souhaiter une bonne fête, la Saint-Valentin ou un joyeux noël,
  • une carte musicale pour un joyeux anniversaire ou la fête des mères,
  • un oeuf animé pour Pâques,
  • une image marrante de muguet pour le premier mai,
  • pour une invitation, des félicitations ou un faire-part de naissance,
  • ou tout simplement une carte merci…

Aujourd’hui, la carte virtuelle reste un outil de communication largement utilisé par les pros.

Découvrez Inkipi, notre service en ligne dédié aux entreprises et aux collectivités.