La délivrabilité : comment éviter que vos emails de vœux passent dans les spams ?

Chaque email que vous envoyez reçoit une note en arrivant chez votre destinataire. En dessous d’un certain score, l’email passe en spam. Si la note est trop mauvaise, l’email n’est même pas délivré !

9 critères clés pour le calcul de la “spam note”

Cette “spam note” attribuée par les serveurs mail diffère selon les services. Gmail, Outlook ou votre serveur d’entreprise disposent tous de leur système de calcul, mais nous pouvons dégager les 9 critères généraux qui entrent en compte dans cette notation.

4 critères techniques

Nous allons évoquer ici trois termes très techniques (le SPF, le DKIM et le DMARC) qui concernent le paramétrage d’un nom de domaine utilisé pour l’envoi d’email marketing ou d’ecards de vœux.

Pour rappel :

  • Le nom de domaine correspond à ce qui se trouve derrière l’arobase dans un email. Ex : contact@inkipi.fr
  • Un email marketing est envoyé par un automate installé sur serveur web et non pas par une boîte email. Les serveurs de réception savent faire la différence entre les deux. Ils sont bien entendu plus attentifs aux emails automatisés, car ceux-ci sont exploités par les robots spammeurs.

Le SPF

Le paramètre SPF, en premier lieu, liste les serveurs et services autorisés à envoyer un mail avec votre nom de domaine. Il empêche l’usurpation d’identité. Pour le dire simplement, le SPF indique que votre adresse email habite bien à la bonne adresse. Une bonne configuration vous protège également contre le spoofing (usurpation d’identité).

Le DKIM

La configuration du DKIM, ajoute une couche de sécurité grâce à un système d’authentification numérique de vos emails. D’une certaine manière, le DKIM appose votre signature sur le courrier.

La DMARC

Cette information est contrôlée en priorité par la serveur de réception avant même de passer dans l’antispam. Elle indique au serveur de réception ce qu’il doit faire en cas de non conformité du SPF et/ou DKIM (rejet ou mise en spam). Le mail est ensuite analysé par l’antispam.

Comme le SPF et le DKIM, ce paramètre se configure au niveau de la console de gestion de votre nom de domaine. C’est justement parce que ces éléments sont techniques qu’ils ne sont pas (ou mal) configurés et peuvent lourdement impacter votre “note de spam”.

L’âge du domaine

Un autre facteur concerne l’âge de votre nom de domaine. Un domaine très récent, de moins de 15 jours à 30 jours, sera considéré comme suspect aux yeux des logiciels antispam. La raison s’explique par les abus liés aux pratiques des spammeurs qui renouvellent leurs noms de domaines à chaque fois qu’ils se font blacklister.

5 critères rédactionnels

Sur ce plan, c’est le contenu de votre email qui fait la différence, et ce à plusieurs niveaux :

  • La présence d’une question dans l’objet.
  • L’utilisation de termes “spammy” dans le message.
  • Un mauvais usage de liens
  • Un email trop lourd (avec des images trop non optimisées).
  • Des incohérences dans le code.

Une question dans l’objet ?

Aussi bizarre que cela puisse paraître, une question dans l’objet vous fait automatiquement passer dans les radars de certains logiciels antispam. La raison est toujours la même : c’est une pratique abusivement utilisée par les spammeurs.

Les mots à éviter

  • Les termes “spammy” correspondent à des mots employés par les spammeurs et déclenchent les filtres anti-spam :
  • essai gratuit, offre limitée…
  • devis, facture…
  • urgent, prioritaire, important…
  • jeu d’argent, casino en ligne…

La liste est longue, bien qu’aucun de ces mots ne soit réellement pris en tant que spam-word, c’est l’accumulation de termes qui alerte les filtres et pénalise la réception de l’email. L’usage de ces termes semble exclu d’un email de carte de vœux, mais il faut tout de même faire attention à ne pas utiliser un de ces termes de manière détournée.

Les liens en trop grand nombre

Le mauvais usage des liens peut concerner à la fois un trop grand nombre de liens hypertextes dans l’email, mais aussi un lien en toute fin du message. Ici encore, il s’agit de faire preuve d’esprit pratique. Avez-vous vraiment besoin de mettre plus d’un lien dans votre mail ?

Le poids de l’email

C’est un critère qui peut facilement passer sous la vigilance de l’expéditeur. Il est très facile de passer une image JPG de 10 Mo dans un mail sans s’en rendre compte. Indépendamment des problématiques de délivrabilité, il est toujours préférable d’optimiser la taille des images envoyées par email.

Les incohérences dans le code

Il peut s’agir d’un email qui à trop de code HTML en rapport au nombre de mots lisibles par le destinataire, voire l’inverse. Les emails spams, automatisés à l’extrême, ont tendance à abuser de l’une ou l’autre des techniques.

Comme dans toutes les précédentes recommandations, il faut simplement veiller à ce que votre email de vœux ressemble à un “vrai” email marketing, sans trop de technique, mais avec assez de mise en forme pour être attrayant.